Taxco, Guerrero

Publié le par mastacheaumexique

 

 

 

DSC00689

 

 

    J'arrive à Taxco au Crépuscule. De revoir ainsi un village de montagne baigné par les derniers rayons de soleil me rend quelque peu nostalgique de nos stations de ski françaises (ou Suisses), d'autant plus que le village est doté d'un téléphérique qui permet de rejoindre l'hôtel  Monte, en haut d'une falaise impressionnante, le tableau est complet. Arrivé au terminal, je m'arme de mon sac à dos et commence alors l'exploration de la ville.

 

 

      Taxco est un vrai labyrinthe, un dédalle de ruelles en pente et d'escaliers. Les traboules de la Croix-Rousse ressemblent à des Boulevard en comparaison. Il est alors bien difficile de trouver son chemin pour rallier un point à un autre  sans faire de détours.

 

 

       Pour ma part, étant donner qu'il est déjà bien tard et que la nuit commence à tomber, je décide de me diriger vers le Zocalo pour la fameuse église de style baroque churrigueresque édifié par José Laborda, un Français Béarnais parti au nouveau monde pour faire fortune. Et la fortune, on peut dire qu'il l'a trouvé. En effet, pas loin du village de Taxco, il trouva un filon d'argent dont il devient le propriétaire. C'est avec l'argent que lui rapporta sa mine qu'il put financer la construction de l'église du zocalo.  Il dépense d'ailleurs la plupart de sa fortune dans l'édification de son oeuvre et se  justifie par à la phr

ase suivante: "Dieu donne à Laborda, Laborda donne à Dieu". Mais la chance lui sourit de nouveau lorsqu'il trouva un second filon dans la région de Zacatecas.DSC00695

 

 

      Je me perds un peu dans le dédale des escaliers du marché de Taxco. Les passages sont relativement étroits et avec mon gros sac à dos, la progression est relativement lente lorsque je croise des personnes dans le sens opposé. Après 10 bonnes minutes d'ascension, je parviens enfin sur la place centrale. Elle est constituée d'un petit jardin central   au milieu duquel s'élève un kiosk. La place est bordée de restaurants et de cafés plus cosy les un que les autres, et bien sur de l'église Santa Prisca.

 

 

 

  En entrant dans l'église, je m'émerveille de la richesse des ornements. Du sol jusqu'au plafond, tout est sculpture et dorure. C'est en effet l'une des particularités du style churrigueresque. Je m'attarde une bonne dizaine de minutes dans la contemplation des centaines de chérubins et dizaine de saints qui eux-mêmes me contemplent depuis leurs piédestal. Sortant de l'église, je décide de profité de la lumière du jour tombant pour me perdre un peu plus dans les rues de cette ville où il vaut mieux ne pas être asthmatique. Et à vouloir me perdre, je me suis effectivement perdu. Les ruelles forment un réseau tellement dense qu'il m'a fallu un certain temps avant de localiser ma position sur plan du guide du routard.

 

 

 

       Après une courte frayeur j'arrive enfin à me situer en rejoignant une artère principale et me met en quête d'un hôtel, le moins cher

possible.  Après beaucoup d'offres refusées, je trouve enfin un hébergement à mes moyens. En plus d'être bon marché, il a l'avantage d'être à 2 pas du zocalo. Je m'installe, me douche et me dirige vers la réception. A la question  s’il existe des endroits sympathiques pour sortir le soir, on me répond que comme c’est un village, les gens rentrent relativement tôt chez eux et que les rues ne sont plus très sures passées onze heures du soir. Je sors alors simplement à dîner dans un restaurant en suivant les conseils de la réceptionniste.

 

 

 

            Après à peine 5 minutes de recherche, je trouve un petit restaurant sympa avec terrasse qui donne sur le Zocalo, bien fatigué de ma longue journée de marche (visite de Xochicalco et balade dans les rues escarpées de Taxco)  je ne me tarde pas pour la commande et rentrer aller me coucher. Une assiette d’enchiladas au mole et une crepe au caramel le tout pour une douzaine d’euros accompagnée d’une petite mousse et au lit.

 

 

 

            Le lendemain matin, réveil à 6h30. Je souhaite en effet profiter de la fraicheur du matin pour partir en randonnée, à l’assaut du christ qui domine la ville au sommet, tel le christ de Rio de Janeiro à la différence qu’on ne peut pas se mettre dans la tête de celui-là. L’ascension est un peu rude et je perds ne pense pas avoir pris le chemin le plus direct mais c’est fait, me voila au point le plus haut. Quelle récompense ! La vue est somptueuse et on aperçoit même le volcan Popocatepetl au loin.

 

DSC00677

 

 

            Après un repos de 20 minutes bien mérité, j’attaque la redescente vers le centre pour aller voir les deux musées intéressant de Taxco. J’en profite pour prendre mon petit déjeuner en route, constitué de biscuit et snack fortement consommé au Mexique.

 

 

 

            Le premier musée que j’ai eu l’opportunité de visiter est celui  de William Spartling, un artiste Canadien venu a Taxco pour créer des bijoux et travailler l’argent.  Fort amateur d’art primitif, le rez-de-chaussée   du musée rassemble une collection de statuette et de poterie d’art primitif  mexicain de parts et d’autres du pays. Mais le plus intéressant réside au sous-sol. De magnifiques pièces d’argent, incrustées de nacre et d’autres pierres précieuses, travaux des ateliers Spartling, qui ont redonné un souffle nouveau à cette branche qui s’éteignait dans les années 30. Malheureusement, les photos sont interdites dans ce musée, je ne peux donc pas illustrer mes propos.

 

 

 

            Dernier lieu culturel de ma visite : la casa Von Humboldt. Von Humboldt était un explorateur du nouveau continent et botaniste chevronné. Il a parcour u le Mexique de au XVIII eme siècle et se serait reposé quelques jours dans cette maison, l’une des plus ancienne du village colonial. La visite en soi n’est pas super intéressante, collection de meuble et d’objet de l’époque de Laborda et de Von Humboldt, mais la maison et somptueuse et on aimerait qu’elle soit notre.

 

 

            Après cette dernière visite, séance shopping dans les nombreux marché d’argent de la ville histoire de faire bien avant les fêtes de fin d’année .

 

Publié dans Voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Merci pour ces images pour un voyageur immobile, et profite bien de ce séjour
Répondre